Grotte du Bosc : un projet vertueux

Conçu par le service architecture de la Communauté de Communes (1), en collaboration avec le service de gestion de la grotte, le nouveau bâtiment d’accueil répond à trois enjeux principaux : aménager le site de la grotte sans le dénaturer, améliorer l’accueil du public et limiter l’impact environnemental de la construction. 

Le nouveau bâtiment est un volume simple, à deux pans, qui émerge en second plan depuis l’espace public, derrière le bâtiment de sortie de la grotte et les arbres conservés. 

Un second volume ajouré en ossature bois se glisse entre le bâtiment créé et le bâtiment existant, de manière à assurer leur liaison et à créer un parvis couvert au niveau de l’entrée. 

On y accède par une passerelle qui sillonne entre les chênes et les buis, conçue pour impacter le site a minima et permettre le maintien de la végétation au-dessus de la grotte. Un garde-corps en acier et en ganivelle de châtaignier accompagne le visiteur et se prolonge au niveau des espaces extérieurs aménagés, où une terrasse abritée permettra au public de profiter du site quel que soit le temps, la grotte accueillant de nombreux visiteurs pendant les jours de pluie. 

Si la construction est, de fait, consommatrice de ressources, nous avons cherché à porter une démarche de construction raisonnée du point de vue écologique, notamment à travers le choix des techniques employées et des matériaux mis en oeuvre. 

En nous appuyant à la fois sur le savoir-faire d’entreprises locales et sur les compétences de l’équipe de travaux en régie de la Communauté de Communes, nous avons intégré à des modes constructifs éprouvés des techniques moins courantes. 

Ainsi, le confort thermique du bâtiment est assuré par des granulats de verre cellulaire sous le dallage, par une isolation en laine de bois en toiture et par l’utilisation de béton de chanvre en remplissage de murs ossature bois. La mise en oeuvre de ces techniques a été assurée par les entreprises Fraysse et Burg, deux entreprises du territoire qui ont mis leur savoir-faire au service de ce projet. 

Plusieurs ouvrages ont été, quant à eux, réalisés par le service travaux en régie, dont la passerelle d’accès, la plâtrerie et le bardage du bâtiment. Pour obtenir un bardage dont les tons noirs se fondent dans la végétation, nous avons expérimenté la mise en oeuvre traditionnelle de la technique japonaise du bois brûlé, qui consiste à brûler la face exposée, puis à stopper la combustion de manière à obtenir une pellicule de carbone résistant aux épreuves du temps. 

En associant entreprises locales et compétences internes, ce projet a permis de valoriser des savoir-faire spécifiques, comme la technique du béton de chanvre sur laquelle l’entreprise Burg dispose aujourd’hui d’une remarquable technicité, tout en démontrant la possibilité d’expérimenter en régie des techniques audacieuses et peu courantes. 

Related Posts